Instruction en famille

Instruction en famille

Instruction en famille

C’est parti pour une rentrée pas comme les autres ! Cette année, nous avons fait le choix de l’école à la maison. Quand j’en parle autour de moi, le dialogue ressemble souvent à ça :

  • – Alors, bientôt la rentrée ! Les enfants vont dans quelle classe cette année ?
  • – En fait, ils ne vont pas en classe. Cette année, c’est l’école à la maison.
  • – Comment ça, l’école à la maison ? L’école, c’est obligatoire, non ?
  • – Non, ce n’est pas obligatoire. C’est l’instruction qui est obligatoire.
  • – Ah, d’accord. Mais comment ils vont se faire des copains ?
  • – Il y a des groupes de familles qui se retrouvent. Ça permet aux enfants de jouer ensemble.
  • – Mouai… En tout cas, je ne sais pas comment tu fais ! Moi, jamais je n’accepterai de m’occuper des enfants TOUTE la journée ! A la fin des vacances scolaires, je suis bien content·e qu’ils retournent enfin à l’école !

Bref, beaucoup d’incompréhension ou de méconnaissance. Mais, il est tout de même intéressant de se demander pour quelle raison, on peut ressentir l’envie et/ou le besoin de déscolariser son enfant.

Pourquoi déscolariser ?

J’ai suivi un parcours scolaire classique. Après mes études, j’ai enchaîné sur le boulot. À l’arrivée de mon fils, je ne pouvais pas vraiment prendre plus de congés que les 10 semaines de base. Pareil pour ma fille, deux ans plus tard. Ils ont donc enchaînés dès deux mois et demi les nounous, crèches puis école et centre aérés. Aujourd’hui, je sens que je n’ai pas eu assez de temps avec eux. Ma raison première est donc tout simplement de passer du temps avec eux, de pouvoir profiter de ce temps privilégié, alors qu’ils sont encore assez jeunes.

Après avoir vu l’effet sur eux des différents cadres qu’ils ont pu vivre, je peux dire que je ne suis pas du tout satisfaite du système traditionnel de garde. En particulier à l’école, j’en suis arrivée à penser que c’est un lieu où l’enfant perd tout enthousiasme d’apprendre et de faire. Je rêve d’une scolarité différente et je sais que je ne peux pas attendre que le système classique se réforme !

Lorsque je discute avec des familles qui ont fait ce choix depuis plusieurs années, je vois tous les bienfaits que ce choix peut apporter : des liens renforcés dans la famille, une curiosité et une créativité nourries, une individualité épanouie.

Mais au fait, qu’est-ce que l’école à la maison ?

Il n’y a pas une façon unique de faire l’école à la maison. Et heureusement ! Un des objectifs premiers est de sortir du milieu scolaire très normatif pour pouvoir mieux respecter l’individualité de l’enfant, il y a donc autant de façons de faire qu’il y a d’enfants. Toutefois, les différentes façons de faire peuvent être regroupées en deux grandes familles. Comme le principe d’école à la maison est très développé aux Etats-Unis, les noms sont anglophones.

Homeschooling

Le homeschooling représente toutes les pratiques où le parent fait l’école aux enfants. En général, des cours formels sont mis en place sur plusieurs matières, au moins pour les domaines fondamentaux comme le français et les mathématiques.

Unschooling

L’unschooling représente les pratiques où aucun cours formel n’est donné. Le parent rebondi sur les questions de l’enfant et n’est là que pour faciliter ses apprentissages.

Et nous ?

Lorsque je lis les témoignages de familles qui font du unschooling, je me dis que jamais je n’arriverai à lâcher prise autant sur les apprentissages. Maintenant, je ne me vois pas non plus dans une situation où je recrée la classe à la maison. D’autant plus que le programme du cycle 2 qui représentent les apprentissages à acquérir du CP au CE2 ne me semblent pas exceptionnels. Pourquoi passer tant d’heures à l’école pour si peu de choses ! En essayant de planifier ce que je souhaite faire avec mes deux enfants, je me suis rendue compte que peu d’heures de travail formel me semblent nécessaires. Bien évidemment, ce sont pour l’instant des projections, l’expérience amènera surement des ajustements. J’ai donc mis en place un planning avec seulement deux heures de travail « formel » par jour. Les activités seront proposées aux enfants sur les différents thèmes que je souhaite aborder, mais ils seront libres d’aller vers le domaine qui leur donne envie. Ainsi, si une matière leur donne très envie à un moment, ils avanceront plus dessus. Si une autre les rebute, on la mettra au placard le temps qu’il faut pour qu’ils se sentent prêts. Ainsi, on peut dire que ça ne sera pas de l’unschooling au sens strict du terme, mais je souhaite leur laisser le maximum de liberté.

Mais, comment faire ?

Que dit la loi ?

Selon l’article L131-5 du code de l’éducation, il est obligatoire d’instruire un enfant entre 6 et 16 ans. Lorsque le choix de l’instruction en famille est fait, il faut faire une déclaration chaque année au maire ainsi qu’à l’inspecteur académique de votre département. C’est une déclaration et non une demande d’autorisation. Ce choix ne demande aucune justification.

Ce choix entraînera un contrôle de la part de l’inspection qui viendra s’assurer que l’enfant progresse chaque année. Tous les deux ans, il y aura aussi un contrôle de la mairie pour vérifier que l’enfant vit dans de bonnes conditions. Si vous voulez avoir un peu d’information sur les démarches administratives que cela entraînent, l’association LAIA (Libre d’Apprendre et d’Instruire Autrement) donne beaucoup d’informations sur son site.

Objectifs de l’année

Il n’y a pas d’obligation de suivre le programme de l’éducation nationale. À vous de fixer les objectifs de l’année ! Voici les nôtres :

Ces objectifs vont nous aider à organiser le quotidien et les activités associées. Ce sont des objectifs sur l’année mais nous referons un point d’ici quelques mois pour voir ce qu’il faut réajuster. Quelles questions peut-on se poser pour savoir si on a fixé de bons objectifs ?

  • Est-ce que les objectifs sont trop difficiles à atteindre ? Comment peut-on les redécouper en plusieurs sous-objectifs ?
  • Est-ce qu’on a déjà atteint un objectif ? Peut-on aller plus loin dans ce domaine ?
  • Est-ce que ces objectifs sont suffisamment stimulants ?
  • Est-ce qu’on donne assez de temps et de matière pour réaliser chacun des objectifs ?

Comment savoir si ce choix est fait pour nous ?

Déscolariser son/ses enfant·s n’est pas un choix anodin. Il est important de nourrir la réflexion pour savoir si nous souhaitons nous engager dans cette voie. En effet, comme tout choix à contre-courant, rien n’est fait pour nous simplifier les choses. Il faut même déployer pas mal d’énergie pour passer les obstacles dressés devant nous. Pour mieux comprendre ce que peut apporter ce mode d’instruction, il y a un très beau film sur le sujet, Être et devenir – Being and becoming* de Clara Bellard. Ce film inspirant vous aidera à vous projeter dans ce choix de vie afin de savoir s’il est fait pour vous.

Une autre piste intéressante est de trouver le groupe local de familles en IEF afin de prendre contact et pourquoi pas de participer à quelques rencontres. Nous avons ainsi séché quelques fois l’école pour y emmener les enfants. Cela nous a confortés dans l’idée que ce mode de sociabilisation nous convenait beaucoup mieux. Cela nous a aussi permis de poser pas mal de questions aux autres familles.

Enfin, si vous vous êtes décidé, vous vous demandez surement par où commencer. Je vous conseille le livre d’Isa Lise, L’école à la maison : des pistes pour apprendre autrement*. Il est complet, permet de se poser toutes les bonnes questions avant de commencer. Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est qu’à chaque question, plusieurs réponses sont apportées, afin de nous aider à construire notre propre modèle. Il y a aussi de nombreuses ressources pour chaque domaine d’apprentissage.

Si vous souhaitez en savoir plus, je vais fréquemment venir vous informer de mes avancées et découvertes sur le blog. N’hésitez pas à me dire en commentaire le contenu que vous avez envie de voir sur le sujet.

* Liens affiliés pour financer l’hébergement du blog.

Enfance en liberté participe au Carnaval Apprendre en s'amusant.
Retrouver ici les idées de la semaine !

Un peu plus de lecture ?

Hélène

Favoriser les apprentissages, Instruction en famille

Peut-on imaginer une relation parent-enfant harmonieuse ? C’est ce en quoi je crois. Mais pour cela, il faut se retrousser les manches, car beaucoup de nos automatismes et schémas sont à déconstruire.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Instruction en famille"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens
sarah vasseur
Invité

Bonjour Hélène,

C’est avec beaucoup d’intérêt que je découvre ton très chouette blog !
J’ai hâte de vous suivre dans cette magnifique aventure à travers le blog 🙂

Bises à tous,

Sarah (et Nyrachien !) que tu as rencontrée ce week end à Locoal

wpDiscuz

Tous droits réservés. Hélène Leray (2017) - Pen Er Pont 56680 Plouhinec