[Conférence] Les enfants actuels de Marie-Françoise Neveu

[Conférence] Les enfants actuels de Marie-Françoise Neveu

[Conférence] Les enfants actuels de Marie-Françoise Neveu

Vendredi dernier, j'ai eu l'occasion de participer à une conférence de Marie-Françoise Neveu, auteure du livre les enfants actuels. Marie-Françoise Neveu a consacré sa vie aux enfants et en particulier à ceux à particularisme : autisme, dys, hyperactivité, … Dès le début de sa carrière, elle s'est tournée vers ces enfants dits « difficiles ».

Seule face à ces enfants hors normes et malgré une formation solide dans toutes les pédagogies actives, sa première classe l'a pourtant mise en échec. Elle a alors expérimenté et cherché les moyens de les faire entrer dans les apprentissages.

C'est à travers ces expériences et les travaux de recherches qu'elle a effectué qu'elle nous livre son analyse du fonctionnement du ces enfants, qu'elle définit de 0 à 100 ans !

Commençons par nous intéresser ... aux arbres

Un autiste a un fonctionnement hors norme, au sens propre du terme : il ne fonctionne pas comme la norme définie par la société. Pour nous aider à comprendre ces différences et les difficultés que nous pouvons avoir à nous comprendre, Marie-Françoise Neveu fait une analogie avec les plantes.
L'arbre est un être vivant qui puise son énergie de la terre par les racines ET du ciel par les feuilles. Il crée ainsi des flux de sèves ascendants et descendants qui synthétisent des fleurs, des fruits, de l'oxygène, …

En comparaison, voici le symbole de l'homme en idéogramme chinois, souvent utilisé comme symbolique par les sophrologues :

Étonnante ressemblance, non ? Ainsi, Marie-Françoise Neveu fait le parallèle entre l'arbre et l'Homme. L'être humain, lui aussi puise son énergie de la terre par les pieds et du ciel par la tête et synthétise au milieu. Et à l'intersection, on trouve... le cœur ! J'aime particulièrement cette image, car l'arbre est mon symbole préféré. Il est pour moi source de sérénité, d'ancrage et de force.

Il y a deux techniques pour faire pousser une plante : planter une graine ou planter une bouture. Dans le premier cas, la graine va d'abord développer ses racines et à partir de l'énergie qu'elle puise dans le sol, elle va réussir à pousser vers le ciel. Dans le deuxième cas, la bouture ayant sa partie aérienne déjà formée va puiser son énergie dans le ciel pour créer ses racines. On obtiendra dans les deux cas un arbre, mais elle sera partie soit de l'énergie du ciel, soit de celle de la terre.

Marie-Françoise Neveu nous explique que pour les humains, c'est la même chose. Certaines personnes partent de l'énergie de la terre. Elles ont un comportement appuyé sur le concret , la logique, le rationnel, le linéaire. Ce sont les cerveaux gauches ! Les autres partent de l'énergie du ciel. Elles ont un comportement axé sur l'intuition, la créativité, la sensibilité et le sens du sacré. Ce sont les cerveaux droits !

Ces termes de cerveau gauche et droit sont bien entendus des abus de langage. Lorsqu'on est un cerveau gauche, cela ne signifie pas que notre cerveau gauche fonctionne plus. Comme l'explique cet article du Huffington Post, Cerveau gauche ou cerveau droit, les scientifiques démystifient la question, bien documenté en études scientifiques, ce terme est utilisé car les traits de la personnalité associé au cerveau gauche sont des compétences qui mobilisent plus le cerveau gauche, comme le langage. Cependant, aucune différence n'a été notée tant dans l'utilisation des hémisphères que dans les connexions existantes en fonction des individus.

Évolution de l'espèce humaine ?

Marie-Françoise Neveu nous dit que jusqu'à il y a quelques années, la majorité des êtres humains fonctionnaient en cerveau gauche et que la génération actuelle tend à inverser cette répartition ! Voilà pourquoi Marie-Françoise Neveu appelle les enfants à particularisme, les enfants actuels. Pour elle, ils sont en passe de devenir la norme. Les cerveaux droits seraient-ils la nouvelle évolution du genre humain?

En recherchant plus activement sur la question, je n'ai pas réussi à trouver d'information permettant de confirmer de tels propos qui me semblent même dommage. N'est-ce pas une façon de hiérarchiser les profils ? En voulant défendre les profils atypiques, je trouve plus intéressant de nous expliquer comment vivre ensemble avec nos différences.

Responsabilité de la société

Tout notre système a été conçu par et pour des cerveaux gauche. Ils sont donc complètement inadaptés à ces enfants. Mais au fait, pourquoi est-ce si compliqué pour un cerveau droit et un cerveau gauche de se comprendre? Encore une fois, Marie-Françoise Neveu utilise une image pour nous aider à cerner les différences de fonctionnement.

Imaginons que nous sommes tous des habitants de la Tour Eiffel. En fonction de l'étage auquel nous nous situons, nous n'allons pas voir la même image alors que nous sommes tous spectateurs de la même scène.

En particulier, ceux du rez de chaussé voit beaucoup de DÉTAILS, et assistent à la scène de façon linéaire (une voiture qui passe, puis une autre, …) Tandis que ceux du troisième ont une vue d'ensemble, GLOBALE. Ils se la représentent comme une image entière mais sont incapables de donner des détails précis ou de les dissocier de l'image complète. Si les rez-de chaussée discutent avec les 3ème étages, ils auront l'impression de parler d'une scène différente et ne se comprendront pas. Ici, le rez-de chaussé est une analogie du cerveau gauche, relié à la terre, au concret, au linéaire. Le 3ème étage est une représentation du cerveau droit, relié au ciel, à l'intuition.

La société a donc une responsabilité dans le fait d'inclure ces différents profils au lieu de leur demander à eux de s'adapter au moule. Je suis intimement convaincue que nous avons tous à y gagner. En effet, dans une société inclusive, les dys et les autistes ne seraient plus handicapés mais pourraient faire bénéficier de leur différence comme d'une vraie richesse.

Les bébés d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier

Pour Marie-Françoise Neveu, c'est du au fait qu'ils sont de plus en plus cerveau droit et cela se voit dès les premiers instants. Ils naissent plus éveillés, les yeux grands ouverts. Ils veulent voir, se redressent plus vite. Ils marchent plus tôt, passant de moins en moins par le quatre pattes. Il arrive même assez souvent qu'ils marchent au début sur la pointe des pieds, comme s'ils n'étaient pas complètement accroché au sol.

Un premier conseil de Marie-Françoise Neveu est de mettre les bébés en écharpe, mais face au monde. C'est un conseil plutôt inhabituel il faut avouer. Mais qui n'a jamais vu son bébé se tortiller pour voir autour de lui alors que nous l'avions mis dans la « position parfaite ». Je trouve intéressant de tester et de voir comment le bébé réagit. Pour Marie-Françoise Neveu, pas d'insécurité ici, car le dos de l'enfant est collé au sternum de la maman. Il peut même y retrouver les sensations in utero.

Je trouve ces remarques intéressantes car j'ai moi-même du changer les positions en écharpe, mon fils voulant absolument voir l'extérieur. Je suis en revanche plus sceptique sur les raisons de cette évolution. La société a beaucoup changé dans ces 100 dernières années. Beaucoup de facteurs pourraient expliquer ce changement et je ne suis pas certaine que le fonctionnement gauche/droite du cerveau en soit vraiment la cause.

De l'enfant-cerveau droit en collectivité

Arrivé en collectivité, ce sont les premiers problèmes qui commencent. Les cerveaux droits seraient-t-ils asociaux ? Au contraire, ce sont des sociaux au grand cœur. Mais alors pourquoi vivent-ils si mal l'entrée à la crèche ou à l'école ? Ils sont très sensibles au stimuli. Or la collectivité leur en offre trop, générant ainsi de grandes angoisses chez l'enfant.

Dans les sciences cognitives, il est présenté trois types de réactions aux situations de stress :

  1. la fuite
  2. l'inhibition de l'action
  3. l'agression

Les agresseurs sont les « plus chanceux » des trois, car ils sont visibles. Ils nous informent qu'ils ne vont pas bien. Ceux en fuite, ou figés, malheureusement, ne dérangent personne et passent inaperçus. Pourtant, ce sont bien aussi des enfants pétris de peur qui ont besoin de notre aide.

Ce rappel est important et nous demande à nous adultes, d'être vigilants. Quand nous avons un groupe d'enfants, y en a-t-ils qui restent très en marge, comme prêts à partir à tout instant ? D'autre qui restent figés, comme fascinés par les autres enfants qui jouent ? À nous de venir les soutenir en trouvant des solutions pour faire descendre leur stress.

Les quatre grands troubles de l'apprentissage

Quand on parle collectivité, il y a aussi, avec l'école, la question des apprentissages. Les enfants cerveau droit peuvent développer des troubles de l'apprentissage, mais ceux-ci varient fortement en fonction des enfants. Nous pouvons les classer en quatre grandes familles.

Ceux qui n'arrivent à distinguer les différentes lettres, comme le b et le d, qui seront capables d'écrire « el jupin » au lieu de « le lutin » seront appelés les DYSLEXIQUES. Pour eux, Marie-Françoise Neveu nous conseille d'augmenter la taille de la police d'écriture (au moins 16). Rappelons-nous qu'ils sont très haut sur la tour Eiffel ! 😉 Pour eux, une rééducation avec un orthophoniste est conseillé.

D'autres n'arrivent pas à comprendre la logique de l'orthographe. En effet, la langue française est pleine de pièges. Si on regarde les différentes façons d'écrire le son « o », on trouve : o, au, eau, , haut, oh, ho, ô, aulx, ault, os, … Cela semble infini ! Ces enfants sont appelés DYSORTHOGRAPHIQUES. Lorsqu'ils écrivent, on les comprend, contrairement aux dyslexiques. Pour eux, laissons-les tranquille avec l’orthophonie. Donnons leur le goût de la lecture et patientons pour la période sensible qui arrive vers 14 ans, selon Montessori. Souvent, l'orthographe se règle à ce moment-là.

Certains enfants ne comprennent pas la logique du calcul ou trouvent tout de suite le résultat sans être capable d'en donner une démonstration logique. Ici, on parle de DYSCALCULIE. Pour eux, Marie-Françoise Neveu nous conseille de multiplier les manipulations pour les aider à mieux comprendre le sens du calcul. Voici les étapes qu'elle nous conseille :

  1. Dénombrer les objets
  2. Les remplacer par des jetons
  3. Remplacer les jetons par des dessins de jetons
  4. Remplacer les dessins par le symbole mathématiques

Ensuite, avec ces différentes étapes, on peut mettre en place les opérations en leur donnant du sens :

Enfin, un autre groupe d'enfants semblent ne pas habiter complètement leur corps. Ils sont maladroits, tombent facilement, … Ce sont les DYSPRAXIQUES. Une de leur grande difficulté pour eux va être de trouver les mots pour s'exprimer en particulier à l'écrit. Ils voient l'image dans leur cerveau droit de ce qu'ils veulent raconter mais ont beaucoup de difficulté à la transformer en mots dans la partie gauche puis en écrit alors que les gestes sont mal assurés. Pour eux, Marie-Françoise Neveu nous conseille de leur apprendre à taper à l'ordinateur comme un dactylographe et de leur permettre d'écrire au clavier plutôt qu'au crayon. Ils vont mettre moins d'énergie ainsi et pourront trouver du plaisir dans l'expression écrite.

Comment aider au mieux ces enfants ?

En conclusion, il ressort que nous pouvons les aider à se connecter au réel, en leur montrant que la vie vaut la peine d'être vécue. Le plus important est de leur donner envie de devenir acteur de leur vie. Un beau message d'espoir !

Et vous, connaissez-vous les ouvrages de Marie-Françoise Neveu ? Que pensez-vous de sa vision des enfants autistes, dys, ...

Certains liens de mon site sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez les articles en passant par ces liens, une partie du prix me sera reversé sans rien changer pour vous. De cette façon, vous soutenez mon travail. Merci beaucoup !

Hélène

conférences, Favoriser les apprentissages

Peut-on imaginer une relation parent-enfant harmonieuse ? C'est ce en quoi je crois. Mais pour cela, il faut se retrousser les manches, car beaucoup de nos automatismes et schémas sont à déconstruire.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des

♥ Mon coup de coeur enfants

    Une super BD belle et instructive pour petits et grands !

Ateliers Faber-Mazlish dans le Morbihan

♥ Mon coup de coeur jeux

    Un jeu de mistigri qui rend les conjugaisons ludiques

Pour plus de joie dans vos soirées

    3 astuces pour une routine du soir joyeuse

♥ Mon coup de coeur parents

    Film riche en information, très intéressant pour comprendre comment le cerveau se construit. Il nous aide à mieux connaître les besoins de nos enfants et donne pleins de bonnes idées à utiliser à la maison ou à l'école.

Articles récents

Tous droits réservés. Hélène Leray