Comment mettre en place une routine du soir ?

Comment mettre en place une routine du soir ?

Comment mettre en place une routine du soir ?

Le soir est souvent un moment de grande tension avec nos enfants. Disputes entre frères et sœurs, colères démesurées pour des broutilles, refus de manger, refus de se mettre en pyjama, refus de se coucher, … Ce moment, parfois le seul de la journée que nous passons avec eux, semble être sous le signe de l’opposition. Il nous arrive alors de le redouter, de souhaiter qu’ils soient ENFIN couchés pour pouvoir nous reposer, nous détendre. Après tout, notre journée de travail a été bien fatigante ! Nous profiterons plutôt d’eux ce week-end, lorsque nous serons plus disponibles.

Mais, imaginons que cela puisse en être autrement : nous allons chercher notre enfant à l’école, il est content de nous voir et de nous raconter sa journée. Le reste de la soirée se passe dans la joie et la complicité. Le moment du coucher est plein d’intimité et de marques d’affection.

Cela vous semble trop beau pour être vrai ? Pourtant, c’est possible !

Les raisons des tensions

Pourquoi y a-t-il autant de tensions dans la famille à ce moment précis ? Isabelle Filliozat, psycho-thérapeute renommée pour ses best-sellers autour de l’éducation respectueuse de l’enfant, nous donne des clés pour mieux comprendre la cause principale de ces comportements. En fin de journée, après une longue séparation avec Papa et Maman, le réservoir d’amour de l’enfant est vide et demande à être rempli. Cela s’explique d’ailleurs chimiquement par un besoin d’ocytocine, l’hormone de l’attachement et de l’amour.

Il peut y avoir d’autres raisons qui s’ajoutent au besoin d’affection. En effet, la journée à l’école est un moment où l’enfant contient beaucoup de choses en lui. Il n’exprime pas aussi librement ses émotions qu’avec vous. Etant contenues trop longtemps, les émotions peuvent alors créer une décharge de stress et c’est la crise !

De plus, il ne faut pas oublier que le soir est un moment assez speed pour nous aussi. Avec le repas ou toute autre tâche ménagère qui nous accapare, nous ne sommes souvent pas disponibles et peut-être même intolérant devant la non-coopération de nos enfants.

Enfin, le soir est aussi le signe de la fin de journée et donc de la séparation. Elle peut être très mal vécue par l’enfant d’autant plus si il n’a pas eu son quota de papa/maman.

Donc les tensions du soir sont essentiellement dues à des besoins qui demandent à être comblés, voyons comment y remédier !

Créer une routine

La routine est avant tout pour vous. Pourquoi ? Parce qu’un enfant adore les règles et les habitudes. Donc si vous en mettez en place, il se fera un plaisir (la plupart du temps) de les suivre. Il sera donc plus facilement dans une attitude de coopération et l’ambiance familiale en sera apaisée. Ensuite, la routine vous permet de mieux prévoir les choses et donc vous vous sentirez moins submergé par la charge de travail. En effet, au lieu de courir dans tous les sens en ayant l’impression d’oublier la moitié des choses, vous direz seulement « Alors, où on en est dans la routine ? On vient de faire le pipi du soir ? Alors, hop ! Il est temps de se brosser les dents. »

En résumé, cette routine vous permettra d’être plus disponible et plus tolérant afin d’avoir les capacités de combler les besoins de vos enfants.

Pour mettre en place cette routine, je vous conseille de commencer le plus simple possible. Les changements sont plus durables lorsqu’ils sont fait en douceur et petit à petit. Ne la complexifier pas tant que l’étape précédente n’est pas acquise.

Par exemple, nous avons toujours lu une histoire le soir avant de se coucher. Nous sommes donc partis de cette routine pour la compléter et la renforcer. Nous y avons ajouté le « pipi du soir » puis le pyjama, …. Ces moments étaient bien évidemment présents avant mais nous ne les avions pas sacralisés comme partie intégrante de la routine du soir. Dorénavant, lorsque je dis joyeusement « Pipi du soir! » les enfants y vont en courant et en riant. C’est un signal d’une étape de la routine du soir.

Afin que cette routine soit acceptée, il est aussi important de donner le timing de départ. Pour cela, je préviens les enfants un peu avant de commencer de cette façon : « Il est bientôt l’heure de se préparer pour aller au dodo. On commence dans 5 minutes ? » Après le repas, les enfants se sont souvent lancés dans une activité, alors il n’est pas rare qu’ils aient besoin d’un peu plus de temps. Si le timing ne leur convient pas, je leur demande de combien de temps ils ont besoin. On discute pour que ça soit raisonnable, si besoin en rappelant l’importance du sommeil. Il est rare qu’ils aient besoin de plus de 15 minutes avant de se lancer. Une fois le timing choisi, il faut s’y tenir. Un chronomètre peut vous aider à y veiller.

Plus tard, quand la routine est bien installée, il arrivera qu’ils demandent d’eux-même à aller se coucher. C’est le signe que l’apprentissage de cette routine leur a permis de mieux accueillir les signes de fatigue de fin de journée. Dans ces cas-là, ne les faîtes pas attendre !

Remplir le réservoir d’amour

Comme dit plus haut, en fin de journée, le réservoir d’amour est complètement à sec. Or, l’amour est un besoin, au même titre que manger ou respirer. Il est donc très important de le combler de la même façon que vous n’allez pas laisser vos enfants mourir de faim ! Pour cela, vous pouvez prendre votre enfant dans les bras, même (surtout) s’il est en pleine crise de rage et qu’il semble impossible de l’approcher. Le contact physique réconfortant déclenchera la production d’ocytocine et le réservoir se remplira. Toutes les excuses sont bonnes pour augmenter les temps de câlins : lire une histoire avec l’enfant sur les genoux, partie de chatouilles, de judo, …

Et si on jouait ?

Parfois, les enfants nous reprochent de pas nous occuper d’eux alors que nous avons l’impression de n’avoir fait que ça de la soirée. Mais avons-nous pris le temps de jouer avec eux ? Un vrai temps où on ne surveille pas le repas qui cuit, où on ne range pas derrière eux ? Ce temps n’a pas besoin d’être très long. Souvent quinze petites minutes suffisent. Dans ce domaine, tout dépend des envies de chacun. Cela peut être un jeu de société, mais pourquoi pas un peu de construction ou un dessin à quatre mains ? Quand je passe ce temps avec mes enfants, je m’efforce d’être pleinement présente pas seulement en me rendant physiquement disponible mais aussi en cherchant réellement l’amusement. Je savoure par exemple l’instant à colorier avec application. Cela crée de très bons moments entre nous et les enfants ne ressentent plus le besoin de me solliciter systématiquement ensuite. Ils apprécient de s’occuper seuls car ils ont pu jouer avec moi.

Laisser de la place à l’intimité

Nous avons envie de créer de la complicité avec nos enfants mais nous laissons-nous la possibilité de vraiment les connaître ? Le soir est un moment propice pour créer de l’intimité avec votre enfant. Ne passez pas à côté de cette chance ! Pour cela, on peut mettre en place plusieurs rituels. On peut proposer à l’enfant de poser toutes les questions qu’il souhaite, par exemple pendant le repas, ou à la fin de la lecture de l’histoire.

Au moment de se dire bonne nuit, demandez lui quelles émotions il a vécu dans sa journée. Alors qu’il est incapable de vous dire le menu à la cantine, vous serez peut-être surpris de la richesse émotionnelle de sa journée. C’est aussi un bon moment pour lui dire des mots doux, pas vite fait parce qu’il faut les dire. Mais un vrai « je t’aime » en le regardant dans les yeux.

Bonifier la routine petit à petit

Tous ces éléments mis en place, vous pouvez apporter des améliorations au fur et à mesure, en douceur. Il est par exemple possible de préparer le matin en regardant la météo pour prévoir la tenue adaptée et en préparant les sacs pour l’école. Vous pouvez aussi décider d’intégrer un temps de jeux dans la routine ou encore du yoga ou de la méditation. Les enfants peuvent être investis dans cette réflexion et proposer leurs idées. Ils y seront encore plus attachés. Si une partie de la routine coince et entraîne une tension anormale, vous pouvez aussi la retirer ou la modifier de sorte que ce moment soit le plus serein pour tous.

À vous de jouer !

Dîtes-moi en commentaires l’action que vous pouvez mettre en oeuvre dès maintenant pour créer une routine du soir et apaiser l’ambiance familiale.

Enfance en liberté participe au Carnaval Apprendre en s'amusant.
Retrouver ici les idées de la semaine !

Un peu plus de lecture ?

Hélène

Faciliter le quotidien, Les routines

Peut-on imaginer une relation parent-enfant harmonieuse ? C’est ce en quoi je crois. Mais pour cela, il faut se retrousser les manches, car beaucoup de nos automatismes et schémas sont à déconstruire.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Comment mettre en place une routine du soir ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens
Maman Sur Le Fil
Invité

Super billet ! Complet et intéressant… Ici, nous aimons la routine et cela convient bien aux enfants mais c’est vrai que j’ai parfois des difficultés à VRAIMENT me poser avec les loulous, surtout dans le speed du soir !

On va essayer d’y remedier…

Virginie

wpDiscuz

Tous droits réservés. Hélène Leray (2017) - Pen Er Pont 56680 Plouhinec