Arrêtons avec les compliments qui enferment !

Arrêtons avec les compliments qui enferment !

Arrêtons avec les compliments qui enferment !

Comme tu es jolie !
Tu es fort mon fils !
Que tu es courageux !

Ces compliments peuvent sembler valorisants et pourtant ils enferment les enfants dans un rôle. Au final, ils font autant de dégâts que des critiques comme « Que tu peux être maladroit ! » ou « Tu es trop peureux pour faire ça ! »

Ce concept de compliment qui blesse, je l’ai expérimenté avec ma fille. À chaque fois qu’elle mettait une jolie robe, la maîtresse lui disait en arrivant « Comme tu es jolie ! » Alors, ma fille qui était toute joyeuse avant se mettait à pleurer et demandait à enlever sa robe.

Que se passe-t-il à ce moment-là ? Elle comprend (inconsciemment) que c’est son rôle d’être jolie. Qu’elle sera moins aimée si elle ne l’est pas. Quel enfermement !

Comment valoriser nos enfants positivement ?

Nous souhaitons quand même valoriser nos enfants. Le but n’est pas de les regarder grandir sans jamais nous émerveiller. Alors, quels sont les mots à dire ?

Un compliment qui enferme a pour caractéristique de définir l’enfant. Il s’agit donc de s’émerveiller sans définir. Souvent, le mieux est de décrire les faits et de parler de nous, de ce que nous ressentons.

Par exemple, au lieu de dire « Comme tu es jolie ! », nous pouvons dire « Je vois que tu as choisie une robe jaune. Cette couleur te va bien ! »

Ou encore, au lieu de « Comme tu es sage mon grand ! », nous pouvons dire « Tu as réussi à jouer en autonomie pendant 1 heure sans me solliciter, merci ! Ça m’a permis de lire un livre très intéressant !  »

Essayez et vous verrez que c’est un exercice peu naturel, qui demande de nous creuser la tête. Mais justement, l’enfant verra que nous lui accordons vraiment de l’attention à ce moment-là.

L’exemple le plus frappant et le plus facile à mettre en oeuvre est celui du dessin. Lorsque votre enfant a fait un dessin, il vient souvent vous le montrer. Griboulli ou oeuvre d’art, peu importe, les compliments fusent. « Quel beau dessin ! », « C’est magnifique mon chéri ! » « Tu es vraiment un artiste ! » Pourtant, l’enfant semble peu sensible à ces mots et même un peu gêné. En essayant avec la description, cela donne : « Je vois que tu as mis du rouge et du jaune. Tu as fait une spirale verte ici. Et des traits verticaux là. » Lorsqu’on fait cela, on est obligé de regarder vraiment le dessin, bien plus qu’on ne le fait habituellement. Je suis amusée de voir alors les enfants se gonfler de fierté.

Et si on essayait entre nous aussi ?

Finalement, cet exercice nous oblige à nous exprimer de façon plus consciente avec nos proches. Alors pourquoi la réserver aux enfants ?

Essayez de transformer les mots que vous dîtes sans plus y penser. Au lieu de répéter un énième « je t’aime » automatique, pourquoi ne pas dire « j’aime vivre avec toi » en conscience ?

Enfance en liberté participe au Carnaval Apprendre en s'amusant.
Retrouver ici les idées de la semaine !

Un peu plus de lecture ?

Hélène

Renforcer les liens, Transformer sa parentalité

Peut-on imaginer une relation parent-enfant harmonieuse ? C’est ce en quoi je crois. Mais pour cela, il faut se retrousser les manches, car beaucoup de nos automatismes et schémas sont à déconstruire.

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Arrêtons avec les compliments qui enferment !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens
Maman du 21ème siècle
Invité

C’est vrai que ça surprend au départ car nous n’avons pas été élevés comme ça, et j’ai parfois encore du mal, mais j’avais en effet découvert l’aspect négatif des compliments avec Thomas Gordon, et depuis j’essaie de faire des efforts. Merci pour cette piqure de rappel.

Antonin
Invité

Merci Hélène, je vais essayer ça !

wpDiscuz

Tous droits réservés. Hélène Leray (2017) - Pen Er Pont 56680 Plouhinec